Aïkido-69 l'historique à LYON et en région Rhône Alpes 01-42 et beaujolais


Aïkido-69 : "pourquoi faut il connaitre l'historique ?"

La culture orientale nous dit que le "présent" est par définition insaisissable car il est l'intersection entre le passé et l'avenir.

L'ignorance du passé ne se borne pas à nuire à la connaissance du présent : elle compromet, dans le présent, l'action même Marc Bloch (Historien), en savoir plus » »
Si nous voulons être les acteurs responsables de notre propre avenir, nous avons d'abord un devoir d'histoire Antoine Prost, en savoir plus » »

Le présent est déjà le passé lorsqu'on en parle....

D'où venons nous ? à qui faisons nous référence ...? tout pratiquant d'aïkido vous dira O sensei Ueshiba même s'il passe son temps à détruire son œuvre...
Quel avenir pour l'aïkido ? celui des autres arts martiaux judo, karaté etc... devenus de vulgaires sports sans âme et sans intérêt sinon commerciaux... (Ce qu'aurait mépriser n'importe quel samouraï)

Si nous faisons référence au fondateur de l'Aïkido peut on aller aux jeux de Moscou ou de pékin ? bien sur que non.... c'est l'évidence.
Ne pas avoir d'idée sur ce que doit être l'aïkido et y consacrer toute son énergie est la certitude de laisser l'avenir de l'aïkido aux marchands de soupe qui vendrait leur mère si elle pouvait leur rapporter 1 centimes.
Laisser faire les choses trouver d'excellent prétextes pour ne pas faire :
c'est être aussi coupable que de les faire.

Années 1960-1972

Fonctionnement traditionnel
Transmission: maitres/élèves; ACFA
Fédération sportive: FFJDA groupe A Nocquet
1 club au sein de la FFJDA où se trouve une fédération autour de A Nocquet
Étonnant, paradoxal pour ne pas dire schizophrénique
l'aïkido a toujours été victime de 2 fonctionnements : le fonctionnement traditionnel « un maître, un dojo » le fonctionnement du fondateur de l'aïkido, celui d'un dojo traditionnel, celui de l'EPA.
Et un fonctionnement fédéral sportif complètement à l'opposé.
Exemples de fonctionnements traditionnels hébergés par un système sportif
Le groupe NOCQUET qui a choisi pour maître André NOCQUET au sein de Fédérations FFJDA, UNA, FFAB ...
Le groupe Mochizuki idem
Le groupe Tamura FFJDA, UNA, FFAB...
Ce qui revient à se poser la question :
« peut-on faire quelque chose de correct quand on fait sans arrêt l'inverse » ?
La réponse est non, l'aïkido français le démontre tous les jours
D'où ces incohérences permanentes, incompréhensibles pour le néophyte ou le débutant.
Savoie
Pierre Allemand d'Annecy kinésithérapeute prof de yoga
Ils disparaitra des tatamis avant les années 1970. et laissera la place à son élève Gibert Milliat actuellement cadre technique de la fédération sportive FFAB.
Lyon
BGB Bernard Georges Batier
Dojos à Lyon: judo club du Rhône et rue Boileau
IL suivra l'enseignement de Me Nakazono, Tada quelques stage d'été en Italie.. puis très peu M. Noro qui ne lui plaisait pas. Pour donner une idée les publicités de M Noro étaient du genre Me Noro délégué pour l'Europe et l'Afrique Me Tamura pour Marseille. Pas très respectueux ni gentil pour son sempaï... Mégalo et orgueil... Le CLAM et son professeur M B Monneret était par contre Fan de M Noro... Tout dépend des points de vues... Il deviendra naturellement un élève dévoué de Me Tamura.
Un ardent défenseur de l'aïkido, de l'ACFA, des élèves du fondateur. De tous les combats avec la fédération de judo. Très intéressé par l'aspect ésotérique des arts orientaux: yoga, zen, bouddhisme Tibétains... Un de ses travers aussi... Mais l'aïkido lyonnais lui doit beaucoup...
Son dojo à cette époque:
  • "judo club du Rhône 9 rue de l'épée
  • des relations pas très apaisées avec le professeur de judo R Pac...
  • qui prétendais à ceux qui venaient s'inscrire qu'il fallait commencer par le judo pour faire ensuite de l'aïkido...". Evidement quand on cherche on trouve...
Pendant la période de l'UNA i l enseignera à la "MJC de Villeurbanne rue Damidot." il aura comme élève: D Allouis, R Dallessandro, F Perez.. Ensuite il ouvrira le dojo de Saint Priest et abandonnera la MJC dont l'esprit ne correspondait pas avec celui de l'aïkido... Problèmes à répétitions...
Bernard Monneret:
Dojo place croix paquet à la croix rousse.
Professeur de judo etc... il aborde l'aïkido comme un prof de judo.
Comme il y a des tensions entre ces 2 disciplines, son cœur balance au gré des circonstances. à vouloir plaire à tout le monde on ne plait à personne..
L'éternel problème des conflits d'intérêts...
On nn peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre...

Evidement BGB Bernard Georges Batier, Alain Peyrache et tous ceux qui sont à fond dans la pratique de l'aïkido s'en méfie... Une source tension permanente...

D'autant que Bernard M pendant la période UNA soutiendra son copain de judo J. Blachon du portail rouge de Saint Etienne.
J. Blachon de Saint Etienne n'est pas présent à cette époque, il aura pour élève un peu plus tard (période UNA) Phillipe Goutard, A. Cognard .
Pourquoi en 1981 il ne suivra pas Me Tamura à qui il doit pourtant ses diplômes Car B Monneret prendra la tête de la 2F3A régionale?
La 2F3A restera 4 ans sous la coupe de la fédération de Judo FFJDA , celle-ci fera exlure les dojos FFLAB de tous les dojos de judo Français.
Les fameuses vertus du budo...
justement les professeurs de judo les affichent dans leurs dojos. On comprend pourquoi.

La FFLAB est donc une aventure qui au début demanda un certain courage et des convictions...
Tout le monde n'a pas ces qualités éthiques...
On comprend mieux le présent lorsqu'on connait le passé...!!!
Louis Ottina

enseigne au Dojo Aïkido 224 Rue Boileau
un tatamis de fortune, chauffage avec une bouteille de gaz... très frais l'hiver
"Louis" est un mordu, élève de Me Tamura il devient ensuite un élève de Me Tada dont le physique et l'aïkido lui convenait mieux.
Il faisait des retrait au mont Verdun tout le WE après avoir éborgné sans le vouloir les passager du bus..
Mangeait un sandwich à midi pour faire une heure d'éducatifs au dojo...
Il disparaitra des tatamis fin des années 1960 ses élèves continuèrent avec BGB Gérard Poizat... par exemple qui rejoindra plus tard Alain Peyrache. qui enseignera et pratiquera jusqu'en 2012.
Alain Peyrache
Villefranche sur saône: aïkido caladois
voir sa biographie » »
Roger Probst (Fédération de judo FFJDA: Nocquet)
Dojo derrière l'ancienne Piscine
Il produira des élèves c'est pour cela qu'on l'évoque: 2 professeurs Roger Louis et Maurice Barre membre de la ffab... que vous avez peut de chance de croiser. no comment.
Membres nationaux de l'ACFA dans la région rhône alpes
BGB Bernard Georges Batier et Alain Peyrache
Il procèderont à Paris en 1971 à la fin de cette école pour débuter la période UNA.
Quand on voit la situation actuelle de l'Aïkido ce fut sans nul doute "une erreur".
C'est sans doute la meilleure période de l'aïkido français.
Une nouvelle discipline que tout le monde désire découvrir, donc pas de problème d'ego démesuré, d'arrivistes en tous genres et de malades mentaux qui pensent avoir quelque chose à dire comme on le constate aujourd'hui.
Une nouvelle discipline que tout le monde désire découvrir, donc pas de problème d'ego démesuré, d'arrivistes en tous genres et de malades mentaux qui pensent avoir quelque chose à dire comme on le constate aujourd'hui.
L'orient à cette époque fascine, comme d'habitude ce sont des gens culturellement de haut niveau occupant des postes de pouvoir très importants et qui s'intéressent à ce qu'ils n'ont pas dans leur culture.
Ces gens s'intéressent à l'aïkido pour son côté culturel novateur et n'ont aucun désir ou ambition de pouvoir et autre mégalomanie quant à ce que pourrait leur apporter cette discipline puisque pour eux ce n'est pas un ascenseur social ni une recherche de reconnaissance.
Cette élite de la société française sera remplacée par des gens beaucoup moins intéressants qui n'ont qu'un désir : exister et arriver un poste de pouvoir. Car contrairement au précédent dont c'est le quotidien ils ne sont pas dans cette réussite...
Lorsque l'aïkido commencera à être pollué par des "frustrés",
ces gens extrêmement intéressants dont l'ambition était de s'élever culturellement et spirituellement commenceront à disparaître.
Non pas qu'actuellement l'aïkido est peuplé de ce genre d'individu, mais ces 20% de gens inintéressants qui n'ont rien à faire dans l'aïkido sont les plus actifs, les plus présents dans les rouages administratifs des fédérations.
C'est leur milieu naturel…
Comme sur internet (et autres moyens gratuits) qui leur permettent d'exprimer leurs désirs, délires et leur incompétence.
Comme pour le zen qui lui aussi arrive à cette époque avec M. Deshimaru , un ami de maitre Tamura. Le zen comportera à cette époque là aussi des gens prestigieux comme Malraux... Pour connaître avec son développement le même sort que l'aïkido.
Pour la petite histoire: le judo
a aussi connu ce même type de développement, par exemple le Judo Club du Rhône fondé par Midan et d'autres personnes importantes comme Favier, etc. Le judo français était et est toujours aux mains des francs-maçons.
Comme l'a été l'aïkido jusqu'à sa période FFLAB... en la personne de son premier prédident A Cahn
À part la FFJDA, fédération sportive de judo
qui en son sein abrite la fédération pseudo-Aïkido de Nocquet et de Mochizuki ,
les maîtres japonais: Tada, Nakazono,Tamura, Asai etc...
travaillent dans un cadre culturel : celui de l’ACFA Association Culturelle Française d'Aïkido qui sera dissoute au début de l'UNA Union Nationale d’Aïkido , en 1971.
Rappelons que Mochizuki et le Yoseikan Budo n'arriveront en Rhône-Alpes que très tard dans les années 80 et que même aujourd'hui cette discipline: ne compte que quelques membres... peut intéressante un conglomérat hétéroclite de plusieurs arts martiaux
Tous les maîtres japonais en Europe travaillent dans le cadre d'associations culturelles AC.... exemple ACBA Association Culturelle Belge d'Aïkido , toutes ces associations culturelles sont regroupées au sein de l'Association Culturelle Européenne d'Aïkido ACEA
Pourquoi ?
Tout simplement parce que l'aïkido ne veut absolument pas que l'on puisse l'assimiler à un sport et ne veut avoir aucun rapport avec le monde sportif.
Maître TAMURA lors d'une réunion à Paris
dira avant d'accepter d'abandonner le monde culturel pour le monde des fédérations sportives :
« C'est votre pays, vous êtes mes élèves, je vous fais confiance pour préserver les intérêts de l'aïkido... Si vous échouez je ne pourrais même plus rentrer au Japon.
Car si l'aïkido tombe aux mains du "judo", au Japon on m'accusera d'avoir " vendu l'aïkido aux judokas" ."
On voit donc comment ceux qui se réclament de l'enseignement de maître TAMURA se sont surtout servi de lui comme caution pour faire exactement l'inverse…
Font ils du Tamura aujourd'hui? Continuent t_ils son oeuvre? Apparement NON!! et pour cause: ils ont ont passé leur temps à pratiquer et enseigner le dernier compromis politique de la fédération au lieu de suivre les cours et enseignements de leur maitre... Encore un fois la démostration qu el'on ne peut pas faire tout et son contraire et il faut faire des choix
C'est un travers constant chez les pratiquants d'aïkido sportif : "faire exactement l'inverse de ce que l'on prétend faire" . Pour le vérifier il suffit de savoir lire, d’avoir un minimum de logique et de savoir regarder car techniquement c'est la même chose.
Pourquoi ?
Alain Peyrache prétend comme le monde paysan que " l'on ne cultive pas des carottes sur du béton." Si bien sûr des gens essaient d'utiliser le système à leur profit il y a aussi des gens sincères. Naïfs bien sûrs mais sincères et honnêtes.
Ils n'ont simplement pas compris, comme l'avenir nous le dira, que toute médaille a son revers . Autrement dit les pratiquants d'aïkido ne comprennent pas un des fondements de leur pratique : Omote/Ura ou Yin/Yang , ce qui est d'autant plus grave pour ceux qui prétendent l'enseigner.
Maître TAMURA l'a assez répété : « si la paume de ma main existe, le dos aussi… ». Quand on est sourd ou que l'on ne comprend pas!!!
Des gens qui se réclament de son enseignement n'ont visiblement pas compris dans leur aventure fédérale sportive ce simple enseignement et ils démontrent tous les jours exactement l'inverse.
Lorsque les Grecs ont inventé le sport ils ont inventé en même temps le dopage… La paume et le dos de la main.
Si on veut faire de l'aïkido dans un cadre fédéral sportif on a ce qu'on voit aujourd'hui : l'inverse de l'aïkido traditionnel voulu par le fondateur de l'aïkido.
C’est logique : un dojo traditionnel à un fonctionnement exactement inverse à celui d’un club sportif… Comme le paysan pour faire pousser des carottes à besoin d’un milieu adapaté (la terre) et de compétences (celle du paysan), l'aïkido traditionnel a un fonctionnement spécifique et il lui faut à la fois un milieu adapté qui est le « dojo traditionnel » ainsi qu’un professeur d'aïkido compétent.
Si l'un des deux manque vous n’obtenez rien ou au mieux n'importe quoi. Comme le démontreront les années qui suivent…

Aïkido-69-Lyon : années 1970-1981

Les trois écoles avaient six mois pour se mettre d'accord sur une méthode nationale.
Autrement dit le système éducation national franco-français.
À l'époque personne n'a vu arriver la chose. Maître TAMURA ne comprenait pas.
Voir ci-dessous les documents originaux de cette époque chaque pages signées par Me Tamura Nocquet Mochizuki ...
Comment peut-on mettre au point une méthode d'aïkido ?
l’aïkido est exactement à l'opposé de toute méthode : c'est un art. Maître TAMURA (réunion de travail à Paris)




ça commençait mal.
Maître TAMURA et ses élèves cherchèrent donc une solution (étaient présent BGB et Alain Peyrache).
Eurêka !
M. Tada en Italie avait une espèce de listing de techniques, très personnelles d'ailleurs, qui semblaient correspondre à cette problématique.
Maître TAMURA partit donc en Italie demander à M. Tada l'autorisation d'utiliser ce listing partout en Europe ou lorsqu'un pays aurait besoin d'une méthode : on dirait voici la « méthode Aikikai » . Un pieux mensonge utile dans les circonstances... Comme cela il y aurait une certaine cohérence au niveau du continent.
Me. Tada a-t-il compris ?
Apparemment pas, car vexé peu de temps après il modifia profondément ce listing : il n'avait pas du tout apprécié au dire de Fujimoto , son assistant.
M. Tada dans chaque grande ville italienne avait mis un élève de son dojo pour enseigner l'aïkido et son fonctionnement traditionnel.
Ce listing fut très vite adopté par Nocquet et Mochizuki .
Mochizuki perdra d'ailleurs 80 % de ses élèves car il avouera n'avoir jamais pratiqué l'aïkido. Aujourd'hui il se prétend huitième dan d'aïkido : chercher l'erreur… (Ou allez voir sur internet des sites comme celui-ci » » qui s'intéressent, même avec leur point de vue le plus souvent sportif - personne n’est parfait - aux côtés délirants du monde martial toutes discipline confondues…)
Bien que le ministère de la jeunesse et des sports
soit censé en faire des fédérations fiables et le prétende la réalité est en fait exactement à l'inverse.
Cette méthode nationale devient un référentiel qui sanctionne des examens d'État. Grades et diplômes de professeur. Pour dire à quel point c'est du grand n'importe quoi ! Une dizaine d'années après avoir pondu cette « monstrueuse connerie », l’UNA décida de réviser sa copie.
Maître Tamura se révèla incapable de comprendre la moitié de ce contenu mis en place rapidement à l'époque et dont personne n'avait rien à faire.
Il fut bien sûr revisité par la FFAB et la 2F3A de manière encore plus délirante. voir l'article de Jacques Bazin à ce sujet » »
« Un mensonge répété dix fois reste un mensonge ; répété dix mille fois il devient une vérité. » Adolf Hitler (chancelier allemand, dans Mein Kampf) « Plus le mensonge est gros, mieux il passe. » Joseph Goebbels (ministre de la Propagande du précédent) « A truth is not hard to kill. A lie told well is immortal. »
- « Il n'est pas difficile de tuer la vérité. Un mensonge bien présenté reste immortel » Mark Twain (écrivain américain, 1835-1910)
Tout un programme…
Le résultat de cela vous l'avez sous les yeux c'est l'aïkido d'aujourd'hui…
Il faudra environ 20 ans pour que l’UNA soit à peu près homogène.
Le président du judo et son copain de loge président de l'aïkido
rêvent d'une carrière plus importante.
Comme vous voyez la pratique martiale n'est - comme souvent - qu'un prétexte.
C'est légitime . Mais le problème est qu'il se servent de leurs dsciplines le judo et l'aïkido et des pratiquants...
Ce qui aboutira en 81 à la création de la FFLAB
Fédération Française Libre d'Aïkido qui désire retrouver l'ambiance ACFA c'est-à-dire celle des années 60 / 70. Autrement dit le fonctionnement traditionnel.
Alain Peyrache organise donc à Tassin-la-Demi-Lune dans la salle du premier étage du Mouton Noir
  • restaurant célèbre de Tassin
  • la réunion qui verra la création de la FFLAB.
  • 2 personnes de Rhône Alpes : BGB Bernard Georges Batier et Alain Peyrache l'organisateur de la réunion... Le courage n'est pas la vertu de certains pratiquants lyonnais... comme on peut le constater...
  • B Monneret de son coté organise la 2F3A, un judoka ne se met pas à dos la toute puissante fédération de judo la FFJDA
  • Les fondateurs de la FFLAB furent condamnés par un aéropage de judoka a être exclus de toutes fédérations etc. le "L" de libre avait une valeur symbolique et n'était pas sans analogie la dernière guerre mondiale.
    Un période qui vit aussi traitres et collabos... Qui permit de distinguer les vrai pratiquants des arrivistes opportunistes.
    Ce qui explique les fonctionnements délirants actuels.. d'où l'intérêt de connaitre l'histoire...
Où étaient les responsables actuels FFAB ?
Le président actuel de la FFAB M Gillet, D Allouis, R Dallessandro sont à cette époque de jeunes professeurs qui commencèrent dans les années 70 pour certains avec des interruptions.
  • Ils ne furent pas des acteurs loin de là
  • Lorsque BGB et Alain Peyrache organisent la FFLAB sommer de donner leur avis ils déclareront:
    "on se demande si c'est bon pour notre carrière...!!!"
  • Ils mettront plus d'un 1 an à se décider de rejoindre la "FFLAB".
  • BGB et Alain Peyrache apprirent ce jour là que certains avaient une carrière en aïkido ???
Deux francs-maçons nous ont mis dans cette situation.
il est temps de faire autre chose
Manque de bol le président élu A. C. pour rassurer tout le monde à la fin de la réunion, car l'avenir était pour le moins incertain, dira la chose suivante :
« je vais vous confier un secret : je suis Franc-Maçon ».
La phrase qui tue…
L'histoire n'est qu'un éternel recommencement.
Tous les dojos affiliés à la FFLAB
sur ordre du président du judo ont été éjecté des clubs de judo au niveau national.
Les places vides laissées par les dirigeants FFL AB, puisqu'il s'agissait des mêmes dirigeants UNA, furent tout de suite occupées par des opportunistes ce qui donna la FFAAA .
Celle-ci gérée par le judo et avec son appui entrèrent en guerre contre la FFLAB et Maître Tamura . Normal comme dans un film de guerre il faut des traîtres sinon il n'y a pas d'histoire.
Sauf que les 20 ans de pollution UNA, les petits nouveaux en nombre qui n'ont jamais connu ce fonctionnement traditionnel, etc... Ont fait que très vite, on retrouva le fonctionnement de l'UNA autrement dit une 2F3A bis...
Retour sous la coupe du ministère de la jeunesse et des sports
qui dira : « enlevez le L" de FFLAB "à partir d'aujourd'hui vous n'êtes plus libres... » ... 5 ans plus tard.
C'est ce que la FFAB appelle aujourd'hui: l'enseignement de M. Tamura...
Moralité : même fonctionnement, même personne donne le même résultat…
Alain Peyrache après avoir mis en garde tous les responsables FFAB un courrier dont certains se souviennent encore de nos jours, démissionnera de ses fonctions de responsable technique national, faire autant d'efforts pour arriver au même résultat quelle ironie!!!.
Il l'aïkido traditionnel n'était-il pas possible en France ?
Il créera l'EPA quelques années plus tard au début des années 90.
Pas question pour lui de faire autre chose que de l'aïkido traditionnel.

Aïkido-69-Lyon : années 2001-2015

Faut il en parler ?
cette monstrueuse bétise ministérielle UFA est morte en 2012...
L'Aîkido sportif hérite de la tutelle du karaté...

Aïkido-69 : si vous manquez de repères

D'ailleurs les grands maîtres d'arts martiaux au Japon
ne représentent pas l'élite de la société japonaise. Ce sont souvent des Burakunin le sous-prolétariat japonais qui n'a aucune chance d'évolution dans la société japonaise, c'est pour cela qu'ils vont jouer les grands maîtres à l'étranger ou ils ont un statut qu'ils n'auraient jamais au Japon.
Les Burakumin… » »
Maîtres TAMURA s'était posé la question à une époque devait-il retourner au Japon?
il a avoué que pour avoir le même train de vie ce serait impossible même en faisant 18 heures de tatami par jour.
Là aussi le pratiquant européen et occidental a tendance à sublimer des maîtres japonais, qu'ils estiment investi d'une mission par le fondateur de l'aïkido dont ils sont tous le fils spirituel préféré bizarrement...
Quand on sait que chaque professeur quelle que soit la matière qu'il enseigne dans une même classe, donc des gens de même grade, aura des têtes de classe et en même temps des cancres qui s'épanouissent près des radiateurs.
À aucun moment un pratiquant d'aïkido pense qu'il en est de même pour le fondateur de l'aïkido. Les vieux stéréotypes "le japonais" est forcément un surdoué de l'aïkido, comme le russe est un ivrogne où l'italien né avec une guitare à la main pour faire la sérénade sous les balcons…
Pourquoi ces évidences ?
Si vous regardez bien le paysage de l'aïkido vous verrez des pratiquants lambda, cherchant à se valoriser autrement que par leurs compétences en aïkido, se transformer en agences de voyages… » » Non déclarée bien sûr, il faut bien vivre...
Les tour-opérateurs vous emmènent visiter des maîtres japonais
au Japon dans leur dojo : ce piège a beau être grossier il fonctionne… Si ces gens peuvent vous mettre en contact avec un grand maître alors ils ont donc forcément une compétence !...
Quel individu crevant de soif ne voudrait pas boire un verre d'eau ? Quel grand maître japonais qui vivote renoncerait un client éventuel ?
Quel maître japonais dans son dojo de quartier complètement anonyme ne voudrait pas avoir une renommée au niveau d'un pays ou d'un continent ? Un homme d'affaire refuse t-il une affaire?
Replacez le contexte sociologique : ils sont pour la plupart des BURAKUNIN.
Parlons de l’exploitation par la langue japonaise :
baragouiner du japonais, prendre trois cours de japonais et expliquer des calligraphies sur internet pour faire croire à une quelconque compétence dans le monde de l'aïkido est monnaie courante.
Cette arnaque fonctionne comme la première : un français qui va 20 ans à l'école ne se permettra pas de donner des cours de français s'il n'a pas les compétences. Malgré tout certains pseudo-professeurs d’Aïkido français, qui agissent comme précédemment, n'hésitent néanmoins pas après avoir pris trois cours de japonais à donner des cours de calligraphie et de japonais !
Dans quel but ?
Epater le pauvre gogo de français qui ne comprend rien aux japonais et qui désire étudier l'aïkido. Quel mépris pour la culture japonaise, la langue japonaise et les japonais...
Si la connaissance du japonais apportait une quelconque compétence en aïkido ou dans un autre art japonais cela se saurait car des millions de japonais parlent beaucoup mieux le japonais que n'importe quel français qui se livre à cette arnaque et ne connaissent absolument rien à l'aïkido (dont parfois ils ignorent même l'existence).
« on peut vivre des produits de la terre, des produits de la mer et de la connerie humaine ». George Bernard Shaw écrivain
La troisième arnaque classique le syndrome de Marco Polo :
En vogue depuis 1955 où le premier français André Nocquet part au Japon quelques mois puis revient et raconte son voyage pendant 50 ans… Et se fait par là connaître comme impresario d’un maître inconnu élève du fondateur de l'aïkido, en l’occurrence M. Koichi Tohei…
D'autres prirent la suite je vous laisse les découvrir sur internet car le syndrome de Marco Polo a été repris de multiples fois… Un espèce de voyage initiatique : le musulman va à la Mecque, le chrétien voir le pape au Vatican et le pratiquant d'aïkido va au Japon à L'AÏKIKAÏ SO HOMBU DE TOKYO… Le voyage fait-il le bon pratiquant ?
On pourrait continuer comme cela pendant longtemps. Ceci juste pour illustrer une des qualités fondamentales du BUDOKA : le jugement. Si vous n'avez aucun jugement, que celui-ci est basé sur votre confort ou votre intérêt une chose est sûre : vous n'arriverez jamais à rien, vous vous ferez toujours arnaquer.

M. Tamura avait coutume de dire :

« si vous mangez n'importe quoi, il ne faut pas vous étonner d'être malade, vous ne pouvez vous en prendre qu'à vous… » M. Tamura shihan « si vous voyez un maître japonais qui selon vous n'a aucune compétence il est inutile d'aller à ses cours… » M. Tamura shihan
Il était donc parfaitement au courant des cancres de l'aïkido.
Là aussi c'est un travers courant dans l'aïkido,
vous entendrez souvent des gens se livrer à l'inacceptable et le justifier par : « on ne peut pas faire autrement » , « c'est le ministère », « c'est une fatalité », etc.
Ce n'est jamais leur faute ils ne sont que de pauvres victimes… Alors que souvent ils en sont les acteurs.
Là aussi c'est une qualité fondamentale du monde martial :
« on fait toujours des erreurs quel que soit son degré de pratique, mais le bon pratiquant lorsqu'il détecte une erreur ne la recommence pas ».
C'est souvent ce qui explique les divers degrés de compétence en aïkido, que les mêmes ignorants justifieront par :
« Il existe plusieurs styles, plusieurs écoles… ».
En fait si l'on pratique l’aïkido traditionnel du fondateur de l'aïkido - M. Ueshiba Morihei
  • on n'a pas plusieurs écoles ou plusieurs styles
  • car cela voudrait dire tout simplement qu'il ne s'agit pas de l'aïkido du fondateur de l'aïkido.
  • Le fondateur n'a jamais pratiqué dans une fédération ou pour une fédération dont le fonctionnement est à l'inverse du sien.. comme la plupart de ses élèves d'ailleurs
Me Tamura:
"c'est votre pays, vous êtes français... c'est votre problème.... faites ce que vous voulez... moi je fais de l'Aïkido..."
Personne ne l'a vu venir à une session d'examen de professeur diplômé d'état ou d'examen de grade d'état français...
C'est dire qu'il n'en avait rien a faire...
Ses soi-disant élèves n'ont fait que cela...

Comment peut on faire reférence à lui quand on a passer son temps à faire l'inverse... La schizophrénie habituelle des sportif de l'aïkido
« L'aïkido est exactement l'inverse d'un sport » : voilà ce qu'a dit le fondateur de l'aïkido.
Prenons un exemple :
nous avons tous étudiés les maths, nous avons tous une maîtrises plus ou moins grandes de cette matière. Peut-on dire comme en aïkido que la maîtrise de chacun de cette matière représente une autre version des mathématiques, une autre école, une autre conception ?
De même aïkido chacun a une maîtrise différente de l'aïkido du fondateur.
Le débutant ou le profane y verra donc un style différent, une autre perception...
il y a aussi ceux qui ont étudié l'aïkido du fondateur et qui veulent transformer l'aïkido en un sport c'est-à-dire exactement l'inverse, peut-on parler dans ce cas là l'aïkido du fondateur ?
Quelqu'un qui prétend faire de l'aïkido traditionnel,
c'est-à-dire suivre l'enseignement du fondateur de l'aïkido, ne fera jamais référence à un monde sportif ni au ministère de la jeunesse et des sports qui organise le sport en France.
Il ne parlera jamais de « club » mais de « dojo »,
ayant conscience que ces termes sont complètement opposées, ni jamais de grade d'État ou de diplôme d'État.
Quelle est la compétence de l'État français dans l'aïkido M. UESHIBA ?
Complètement nulle. Demande-t-on son avis à quelqu'un de nul...? Une simple question de logique élémentaire. Les pratiquants d'aïkido manquent-ils alors de logique élémentaire ? Puisqu’il s’agit en Aïkido de forger son jugement nous vous laissons juge…
Un pratiquant d’Aïkido authentique ne se comportera pas comme un sportif,
en listant son palmarès dès qui vous a dit son nom du genre : Monsieur Untel « X dans » (DAN étant un terme inventé par le fondateur du judo), « diplômé d'État membre du comité directeur de la ligue de ... », etc.
Si quelqu'un y fait référence c'est :
  • qu'il n'a rien compris et qu'il est incompétent,
  • ou alors qu’il y a une arnaque et qu’il a un intérêt en jeu.
Dès lors à vous de voir…
Et rappelez vous la citation de M. Tamura :
« si vous mangez n'importe quoi, il ne faut pas vous étonner d'être malade, vous ne pouvez vous en prendre qu'à vous… ».
L'aïkido est vaste
A l'opposé des "dojos traditionnels", qui pratiquent l'Aïkido traditionnel véritable, se trouvent les diverses "fédérations sportives d'Aïkido" sur la région lyonnaise et Rhone-Alpes (comme partout en France) : en général il n'y reste d'Aïkido que le nom.
Alors avertissement pour les débutants en Aïkido:
Vous recherchez de l’aïkido du coté de Lyon ? Ca ressemble à de l'Aïkido, mais en est-ce vraiment ?
D'un coté des fédérations sportives (FFAAA, FFAB, etc) et de l'autre des écoles traditionnelles (EPA-ISTA, etc).
Le fondateur de l'aïkido aimait rappeler sans cesse que "l'aïkido n'est pas un sport". Telles sont les paroles de O Sensei Morihei Ueshiba que bien des gens ont apparemment oublié...
Car il existe des fédérations sportives d'aïkido (FFAAA via C. Tissier, FFAB via feu N. Tamura) ou des groupes n'existant que par internet (L. Tamaki, etc) qui répandent l'Aïkido comme un sport même si cela est antinomique.
Epa Ista, école d'aïkido traditionnelle dont Alain Peyrache est le Soké, rappelle ces paroles dont le sens ne comporte aucune ambiguïté : "l'aïkido n'est pas un sport" et ne peut donc se pratiquer que dans un dojo, pas dans un club...
Quelques exemples de fédérations / clubs sportifs non traditionnels :
Fédération française d'aïkido, aïkibudo et affinitaires (FFAAA)
Cette fédération prétend promouvoir la pratique de l'aïkido, de l'aïkibudo et du kinomichi et tre la seule fédération française reconnue par la Fédération Internationale d'Aïkido (I.A.F.). Elle est née suite à la trahison des anciens responsables qui ont tourné le dos à la FFLAB pour récupérer des postes au sein de la fédération de Judo avant de s'émanciper en FFAAA. L'actuel président est M. Paul Lagarrigue et le "technicien" l e plus connu est Christian Tissier.
Fédération Française d'Aïkido et de Budo (FFAB)
La FFAB est l'ancêtre de la FFLAB, le L de libre ayant disparu à la demande du Ministère des Sports. Elle a longtemps bénéficié de la présence du maitre Nobuyoshi Tamura lors de son séjour en France, de 1964 à 2010. Elle prétend disposer de l'agrément du Ministère des Sports et être reconnue par l'Aïkikaï So Hombu de Tokyo. Le dirigeant de cette fédération est Micvhel Gillet il remplace Pierre Grimaldi. Elle a fait partie avec la FFAAA de l'Union des Fédérations d'Aïkido, une coquille complètement vide depuis puisque les deux fédérations ne veulent plus en faire partie... Egalement membre de la Fédération Européenne d'Aïkido son siège est en Provence et y abrite le Shumeikan, dojo historique de feu Nobuyoshi Tamura. Dans ce lieu se trouve l’École Nationale d'Aïkido.
3A - Académie Autonome d’Aïkido
André Cognard est le fondateur de la 3A : "Académie Autonome d’Aïkido", et fut élève de Hirokazu Kobayashi dans ce qu'ils ont appelé eux même "Kokusai Aïkido Kenshukai Kobayashi Hirokazu Ha" ; en français "Académie Internationale de Recherche sur l’Aïkido Groupe Kobayashi Hirokazu"... En 2003, il ouvre à Bourg-Argental dans la Loire le Kobayashi Hirokazu Kinen Aïkidojo.


Aikido Tassin
Organisation : EPA ISTA
Courriel :
Adresse :
Gymnase des Genetières 1
69160 Lyon Tassin la Demi-Lune 69 France
Téléphone : 06 64 77 28 70